Assainissement

Collecte et traitement des eaux usées

Les différents usages domestiques émettent des déchets (liquide vaisselle, savon, détergent…) qui transforment l’eau potable en eau usée. C’est pourquoi, avant d’être rejeté dans le milieu naturel, l’eau utilisée et désormais usée doit être assainie, c’est- à-dire débarrassée/ nettoyée de toutes ses impuretés.
Tout d’abord collectées, les eaux usées sont ensuite traitées dans une station d’épuration selon les étapes suivantes :

1- Le pré traitement :
Grâce à un dégrilleur, désableur puis déshuileur, on retire respectivement les objets les plus gros (bois, papiers, plastiques, chiffons…), le sable puis les corps gras (huiles et graisses).

2- Le traitement primaire :
L’eau est ensuite débarrassée des matières en suspension les plus lourdes (boues) dans un bassin à décantation.

3- Le traitement biologique (destruction des matières organiques) :
Les eaux usées sont d’abord privées d’oxygène (zone d’anoxie) afin de mettre l’eau en présence de bactéries qui vont transformer les nitrates (NO3-) en azote gazeux (N2). Ces bactéries vont ensuite digérer la matière organique en consommant l’oxygène, puis donner un résidu boueux.

4- La clarification :
Cette étape permet de séparer les boues qui se déposent au fond du bassin et de produire une eau épurée qui s’écoule en surface, par débordement. Les boues récupérées seront ensuite traitées.

5- Le traitement tertiaire
L’eau épurée est déchargée de nitrates et phosphates en vue de sa restitution dans la nature. Elle n’est pas pour autant potable. De ce traitement, les boues résiduelles seront séchées puis utilisées comme fertilisant, transformées en compost, déposées en décharge ou incinérées selon leur degré de toxicité.

Les eaux usées sont évacuées et traitées par un réseau d’assainissement collectif par lequel elles sont dirigées vers des stations d’épuration présentés sur l’ensemble du territoire. Un ensemble de collecteurs assurent l’évacuation et l’assainissement des eaux usées et pluviales, afin de les rendre « plus saines, plus pures ».

Auto-surveillance

Vérifier et maintenir l’efficacité des systèmes d’assainissement L’autosurveillance a pour finalité une meilleure maîtrise des rejets des effluents et des déchets y compris dans les circonstances exceptionnelles (accident, événements météorologiques particuliers), ainsi qu’à l’occasion de travaux.

L’arrêté du 22 juin 2007 impose de façon très précise les actions à mettre en œuvre pour assurer le contrôle du respect de ses obligations réglementaires.

Au plan technique, la crédibilité de l’autosurveillance est subordonnée à :

  • la mise en place d’équipements permettant d’assurer un recueil de données fiables
  • la tenue et la mise à disposition d’un dispositif documentaire (manuel d’autosurveillance)
  • la réalisation par le maître d’ouvrage ou son mandataire d’opérations prévues dans le manuel et par la réglementation

Cette démarche, au delà de son caractère obligatoire, s’inscrit dans une démarche qualité visant :

  • pour l’exploitant à vérifier, en continu, l’adéquation entre les objectifs fixés et les résultats obtenus
  • pour les services de police de l’eau, à limiter leurs contrôles directs, et à disposer de données fiables sur le fonctionnement des systèmes d’assainissement.

La mise en place de l’autosurveillance des systèmes de collecte doit être l’occasion de se pencher sur le fonctionnement des réseaux d’assainissement et d’en améliorer les fonctionnalités.

Partie SPANC

Il existe deux types d’assainissement pour les particuliers : l’assainissement collectif et l’assainissement non collectif. Ce dernier est contrôlé par le Service Public d’assainissement Non Collectif, également appelé « SPANC ».

Le SPANC effectue les contrôles et donne les autorisations de mise en œuvre des différentes filières d’assainissement.

Le Service public d’assainissement non collectif, a été instauré par la loi sur l’eau de 1992. Ce service public est obligatoire pour toutes les communes depuis la loi du 1er janvier 1996 et prévoit la vérification de toutes les installations d’assainissement non collectif ont normalement dû être vérifiées par les SPANC avant la fin décembre 2012.

Le SPANC est présent de la conception du système d’assainissement, jusqu’au contrôle de l’installation, en passant par la vérification de la bonne marche des travaux.

Payer votre facture

Vous souhaitez régler votre facture sans passer par l’agence en ligne

Accéder à l’agence en ligne

Accédez à votre compte, consultez et payez vos factures, gérez votre abonnement, Suivez votre consommation en toute simplicité